BnF

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits
Bibliothèque nationale de France
Direction: 
Isabelle le Masne de Chermont
Référent(s) Biblissima: 
Charlotte Denoël
Matthieu Bonicel

Présentation

La Bibliothèque nationale de France est l’héritière des collections royales constituées depuis la fin du Moyen Âge. Première institution chargée de la collecte du dépôt légal, à partir de 1537, elle est la plus importante bibliothèque de France et l’une des plus importantes au monde. Ses collections s'élèvent à un nombre total de 14 millions de livres et s'accroissent d'environ 150 000 volumes par an principalement par acquisition et par dépôt légal. Outre les livres imprimés, ses collections comprennent plusieurs millions de manuscrits, cartes, estampes, photographies, partitions, monnaies, médailles, documents sonores, vidéo, multimédia, numériques ou informatiques, objets et objets d’art, décors, costumes. La bibliothèque numérique, Gallica, propose la reproduction de plus de deux millions de documents sous format texte, image ou sonore. La Bibliothèque nationale de France a une mission de collecte, d’archivage et de conservation, mais aussi des activités de recherche et de diffusion, notamment au travers d’expositions organisées à destination du grand public.

La Bibliothèque nationale de France est investie d’une mission de recherche scientifique, inscrite dans ses statuts et rappelée en 1994 dans le décret de création de l’établissement. Les projets de recherche dont celle-ci est partie prenante sont nombreux et participent de son rayonnement national et international, en particulier le projet Europeana Regia consacré aux collections royales de manuscrits du Moyen Âge et de la Renaissance. Coordonné par la Bibliothèque nationale de France et associant cinq bibliothèques de quatre pays, ainsi que nombre de bibliothèques françaises, ce projet européen a permis la description et la mise en ligne de près de 1000 manuscrits accessibles via un portail dédié. Ce projet, dont Biblissima est parfaitement complémentaire, a aussi révélé la place majeure prise par la Bibliothèque nationale de France dans le développement des humanités numériques appliquées au domaine médiéval. Celle-ci s’illustre également par sa participation à des groupes de réflexion au niveau international sur l’interopérabilité des catalogues et des bibliothèques numériques, en partenariat avec l’Université de Stanford, l’Université Johns Hopkins de Baltimore ou la British Library.

Participation

La Bibliothèque nationale de France est impliquée à des degrés divers dans les grandes orientations et les différents volets de Biblissima. Outre l’expertise scientifique et numérique des personnels de la BnF, elle participe au sein de l’observatoire Biblissima à l’entrepôt d’images numériques via Gallica (bibliothèque numérique) et Mandragore (base iconographique des manuscrits enluminés).

Elle travaille également à la production d’autorités communes auteurs / œuvres qui enrichissent le fichier d’autorités international virtuel (VIAF) géré par l’OCLC, une étape nécessaire pour réaliser l’interopérabilité entre les entrepôts d’images numériques et les bases de données. Les autorités de la BnF serviront de dénominateur commun aux différentes bases gérées par Biblissima.

Dans le second volet de Biblissima, la BnF apporte également son concours par le biais de programmes de numérisation et de projets de recherche. Plusieurs programmes d’intérêt général, inclus dans les thématiques prioritaires de Biblissima, nécessitent la numérisation de manuscrits sur l’histoire des bibliothèques conservés au département des manuscrits de la BnF :

  • Anciens catalogues de la bibliothèque du collège de Sorbonne
  • Inventaires de la librairie de Charles V et Charles VI
  • Les manuscrits autographes de François Desmoulins
  • Manuscrits de Rabelais
  • Manuscrits de Montaigne
  • Mains d’humanistes
  • Documentation sur les anciennes bibliothèques accumulée par les érudits (Mauristes…) aux XVIIe et XVIIIe siècles
  • Inventaires de Colbert
  • Inventaires de la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle et inventaires révolutionnaires
  • Fragments de manuscrits hébreux (projet « genizah européenne »)
  • Répertoires des inventaires de bibliothèques byzantines
  • Manuscrits intéressant la circulation des textes (Florus de Lyon, Mannon de Saint-Ouen…)
  • Bibliothèques monastiques : manuscrits provenant de collections anciennes en cours de numérisation par des bibliothèques municipales en région, et qui compléteront ces programmes de façon à reconstituer virtuellement les ensembles dispersés à l’époque moderne (Reims, Laon, Saint-Amand, Lyon, Fleury, Angers, etc.)

Le département des manuscrits de la BnF mène par ailleurs depuis 2007 un programme de recherche sur la librairie de Charles V. Entamé dans le plan triennal de la recherche, poursuivi dans le cadre de Biblifram puis d’Europeana Regia, ce programme, important pour tous les travaux sur la bibliothèque des souverains de France, et plus largement sur l’essor des bibliothèques laïques, sera achevé grâce à Biblissima : numérisation et édition des inventaires de la BnF, collecte des données sur les manuscrits et les textes transmis, missions à l’étranger.

Enfin, toujours dans le volet 2 sont programmés la migration de la base Mandragore vers un outil Web libre, son raccordement au visualiseur Gallica pour la consultation des images et l’exposition de ses données pour permettre l’interopérabilité avec d’autres bases iconographiques, de même que la publication de la base TEI des reliures de la Réserve des livres rares, son développement, ainsi que la mise à disposition de l’outil d’aide au catalogage des reliures médiévales et modernes mis au point par la Réserve des livres rares. Comme Mandragore, cette base sera par ailleurs mise en relation avec les autres bases existantes sur la reliure.