Archives nationales

AN, Archives nationales
Ministère de la Culture et de la communication
Direction: 
Françoise Banat-Berger
Référent(s) Biblissima: 
Emmanuel Rousseau
Yann Potin

Créées sous la Révolution française, les Archives nationales sont aujourd’hui un service du Ministère de la Culture à compétence nationale, dirigé par Françoise Banat-Berger. Elles assurent la collecte, le traitement, la conservation et la mise en valeur des archives centrales de l’État. Les deux enjeux du numérique et de la transmission des savoirs sont centraux pour les Archives nationales. Le premier a donné lieu à une refonte du système informatique et à la création d’un référentiel des producteurs d’archives ; le second vise à encourager et à faciliter la transmission des savoirs et des savoir-faire développés aux Archives nationales, en particulier les compétences en matière de sciences auxiliaires de l’histoire (paléographie, diplomatique, codicologie, sigillographie, onomastique), mais aussi l’expertise technique mobilisée pour la restauration et la numérisation des documents et l’archivage électronique.

Les Archives nationales ont souhaité, pour développer le partenariat créé avec Biblissima dans le cadre des projets partenariaux consacrés aux « Richesses littéraires de la Nation » et aux Bibliothèques ecclésiastiques d’Ancien Régime (2014 et 2015), et pour accroître l’interopérabilité des ressources sur le patrimoine écrit auquel les chercheurs ont accès aujourd’hui, intégrer le consortium Biblissima en 2017. La partition des fonds entre archives et bibliothèques doit être dépassée afin d’offrir aux chercheurs et aux institutions la possibilité de reconstituer virtuellement des ensembles documentaires complémentaires scindés par l’histoire. La présence des Archives nationales au sein du consortium permet précisément d’articuler ces deux pôles, par le moissonnage simultané des bases de données, des images numériques, des inventaires et des outils de recherche développés de part et d’autre. Biblissima pourra ainsi proposer un corpus virtuel démultiplié, qui, sans masquer la segmentation historique entre les différentes institutions patrimoniales, suscitera des recherches innovantes et favorisera l’intelligence des sources.